Detaillierte Beitrags-Information

Zurück zur Liste

Beitragstitel Le déclin cognitif subjectif d'un point de vue interpersonnel
Autoren
  1. Mohamed Eshmawey Hôpitaux Universitaire de Genève Vortragender
  2. Federica Ribaldi Hôpitaux Universitaire de Genève
  3. Giovanni Frisoni Hôpitaux Universitaire de Genève
  4. Aïda B. Fall Hôpitaux Universitaires de Genève
Präsentationsform Poster
Themengebiete
  • A4 Diagnostik, Klassifikation, Psychopathologie
Abstract Le déclin cognitif subjectif d'un point de vue interpersonnel (COSCODE)

Introduction: L'impact du déclin cognitif sur les relations et l'intimité a été documenté dans les couples. Le déclin cognitif subjectif (SCD), caractérisé par un déclin cognitif subtil et précoce avant l'apparition d'un trouble cognitif objectif, est considéré comme le premier symptôme de la maladie d'Alzheimer. Cependant, on sait peu de choses sur l'expérience des couples vivant avec le SCD. Le but de cette étude était d'évaluer les styles d'attachement et les relations de couple chez les personnes atteintes de SCD.

Méthodes: COSCODE est une étude de cohorte clinique observationnelle, longitudinale (4 ans) prospective impliquant 120 SCD et un groupe témoin de 80 participants. Nous avons réalisé une étude de cohorte chez 16 patients atteints de SCD. Le questionnaire de Bowlby-Ainsworth a été utilisé pour évaluer les styles d'attachement des patients. L’échelle d'expérience dans les relations étroites ECR a été utilisée pour évaluer les différences individuelles en ce qui concerne l'anxiété liée à l'attachement et l'évitement lié à l'attachement.
Le test du chi carré a été appliqué pour étudier l'association entre les variables catégorielles. Le t-test a été utilisé pour comparer le SCD et le groupe témoin pour des variables quantitatives normalement distribuées. D'autre part, le test de Mann Whitney a été utilisé pour comparer les deux groupes pour des variables quantitatives non distribuées normalement. Une analyse de régression linéaire a été utilisée pour détecter l'effet du SCD sur le score d'attachement.

Résultats: L'âge moyen des participants était de 62,9 ans (ET 8,1) et la majorité (81,3 %) étaient des femmes. Le SCD était corrélé au style d'attachement désorganisé (p = 0,002). L'association était significative après contrôle de l'âge, du score MMSE, des années d'études et de la consommation d'alcool (p = 0,025). Le SCD n'était pas associé à une expérience dans des relations étroites.

Conclusion: Nos résultats suggèrent que la présence de SCD est associée à un score d'attachement désorganisé plus élevé. D'autre part, le SCD ne semble pas être un prédicteur de perturbation des relations étroites.
Les recherches futures devraient suivre les couples de manière longitudinale pour obtenir une image plus claire de l'impact du SCD sur la relation de couple au fil du temps.